l'histoire de la cigale et de la fourmi.

Publié le par camelia

l'histoire de la cigale et de la fourmi.

   

C'est l'histoire de la cigale et de la fourmi.
L'été venu, la cigale se prépare pour partir en vacances
et dit à la fourmi :
- Tu viens avec moi à St-Tropez.


Et la fourmi lui dit :

- Non non, je vais rester pour gagner un peu d'argent.
Deux mois après, la cigale revient avec une superbe bagnole,

 une super nana "90-60-90" (les cigales aussi aime ça).
La cigale lui dit :
- T'aurais du venir, c'était génial...,

 et la fourmi de dire qu'elle préfère gagner de l'argent.
L'été d'après, re-belote, la cigale s'en va à Biarritz,
 et la fourmi préfère rester pour gagner de l'argent.
 Et toujours deux mois après, la cigale rentre
avec une autre décapotable, une nouvelle nana hyper canon,
 et voit la fourmi complètement crevée après avoir travaillé
tout l'été.
Et la cigale de lui répéter qu'elle aurait du venir en vacances.

L'été suivant, la cigale se re-prépare et redemande
à la fourmi si elle veut venir. Et la fourmi lui répond :
- Non non et non ! Mais si tu vois M. La Fontaine ,
tu lui diras
QUE JE L'EMMERDE AVEC SES HISTOIRES DEBILES !



Publié dans histoire

Commenter cet article

surfingmoune 05/12/2009 00:04


Je viens de passer un agréable moment à lire tes petites histoires.
Joli fond d'écran qui nous met dans l'ambiance de Noël.
Douce nuit
Bisous
Surfingmoune


Linda et Picasso ::0071::0079:: 04/12/2009 21:42





orchidee61 04/12/2009 15:41



Bonjour Camélia,

Pour répondre de suite a ta question, le net regorge d'image en tout genre, il suffit de chercher un peu. Une fois que l'on a les images que l'on veut, il ne me reste plus qu'a avoir des idées et
de créer. Ce n'est pas difficile, 3 de mes favs et une quatrième viennent de s'y mettre egalement.
Enfin, je vais te souhaiter une agréable fin de journée, sans doute comme nous, avec la pluie. Mais bon, on est au chaud et c'est le plus important.
Sur ce bon week end et à bientot, Pascale.






Corinne 04/12/2009 09:41


hi hi trop drôle  

bisous


Linda et Picasso ::0071::0079:: 03/12/2009 19:06



Ballade à la Lune


C'était, dans la nuit brune,
Sur le clocher jauni,
La lune
Comme un point sur un i.


Lune, quel esprit sombre
Promène au bout d'un fil,
Dans l'ombre,
Ta face et ton profil ?


Es-tu l'œil du ciel borgne ?
Quel chérubin cafard
Nous lorgne
Sous ton masque blafard ?


N'es-tu rien qu'une boule,
Qu'un grand faucheux bien gras
Qui roule
Sans pattes et sans bras ?


Es-tu, je t'en soupçonne,
Le vieux cadran de fer
Qui sonne
L'heure aux damnés d'enfer ?


Sur ton front qui voyage,
Ce soir ont-ils compté
Quel âge
A leur éternité ?


Est-ce un ver qui te ronge
Quand ton disque noirci
S'allonge
En croissant rétréci ?


Qui t'avait éborgnée,
L'autre nuit ? T'étais-tu
Cognée
A quelque arbre pointu ?


Car tu vins, pâle et morne,
Coller sur mes carreaux
Ta corne
A travers les barreaux.


Va, lune moribonde,
Le beau corps de Phébé
La blonde
Dans la mer est tombé.


Tu n'en es que la face
Et déjà, tout ridé,
S'efface
Ton front dépossédé...


Lune, en notre mémoire,
De tes belles amours
L'histoire
T'embellira toujours


Et toujours rajeunie,
Tu seras du passant
Bénie,
Pleine lune ou croissant.


T'aimera le pilote,
Dans son grand bâtiment
Qui flotte
Sous le clair firmament.


Et la fillette preste
Qui passe le buisson,
Pied leste,
En chantant sa chanson...


Et qu'il vente ou qu'il neige,
Moi-même, chaque soir,
Que fais-je
Venant ici m'asseoir ?


Je viens voir à la brune,
Sur le clocher jauni,
La lune
Comme un point sur un i.


Alfred de Musset, 1827 ou 1828, Premières poésies